Le nombre d’étudiants-indépendants a doublé depuis l'introduction du statut

Le nombre d’étudiants-indépendants a doublé depuis l'introduction du statut

Un nombre croissant d'étudiants optent pour le statut d’étudiant-indépendant. Depuis l'introduction du statut au début de l'année dernière, le nombre d’étudiants-indépendants a doublé. L’augmentation se poursuit trimestre après trimestre. Ce sont surtout les hommes qui combinent études et entrepreneuriat. C'est ce qu'il ressort des chiffres de Liantis, le leader du marché auprès des nouveaux indépendants.

Le nouveau statut, qui rend les activités d'entrepreneur plus attractives pour les étudiants grâce à un régime de cotisations avantageux, rencontre un franc succès. Les étudiants-indépendants dont les revenus annuels sont inférieurs à 13 550,50 € (après déduction des frais professionnels) ne versent que des cotisations limitées, ou n'en versent pas.

Durant le premier trimestre 2017, 505 étudiants-indépendants se sont affiliés à Liantis. Au troisième trimestre 2018, ils sont déjà au nombre de 986, soit près du double. La majorité d'entre eux – 61 % – sont des hommes. Début 2019 – 2 ans après la création du statut – plus de 1 100 étudiants-indépendants devraient s’être affiliés à Liantis.

Le nombre d'étudiants-indépendants qui ont demandé une augmentation des cotisations en prévision de revenus dépassant les 13 550,50 € est resté stable, à savoir 5 %.

Secteurs
Les activités des étudiants-entrepreneurs sont réparties dans divers secteurs. Le top 5 des catégories professionnelles au troisième trimestre de 2018 comprenait :

1.     Les professions IT (développeur web, consultant IT, etc.) : 14 %

2.     Les entrepreneurs de l'horeca :  10 % 

3.     Les professions artistiques (musicien, mannequin, producteur, DJ, etc.) : 8 %

4.     Les professeurs particuliers:  6 %

5.     Les métiers graphiques (photographe, graphiste, etc.) : 6 %

Les conditions 
Même si les chiffres révèlent que le statut est un succès, les conditions devraient être revues pour permettre à davantage d’étudiants de bénéficier du régime avantageux.

« Les étudiants doivent demander un tas de documents aux établissements scolaires. Ils doivent entre autres pouvoir démontrer qu’ils sont inscrits à au moins 27 crédits par année scolaire et qu’ils suivent régulièrement les cours.  Comme les universités et les écoles supérieures croulent déjà sous la paperasserie, c’est souvent laborieux. Toutefois, il est important qu’ils fournissent ces documents dans les délais à leur caisse d’assurances sociales. Sinon, ils risquent d’être considérés comme indépendants à titre principal, et devront payer des cotisations sociales bien plus élevées. Bref : des critères plus souples et plus faciles à satisfaire pour les étudiants comme pour les établissements scolaires permettraient de rendre le statut encore plus attrayant », explique Joost Van Hove du service d’études de Liantis.

N'importe qui ne peut pas se lancer en tant qu'étudiant-indépendant. Découvrez les conditions précises sur cette page.


Note aux rédactions  - Non destiné à la publication

Contact presse :
Martijn Vanhinsberg (porte-parole Liantis)
0499 34 79 51
Martijn.Vanhinsberg@liantis.be

www.liantis.be